Les mots ne sont rien sans principes

Bonjour à vous fidèles et gentils lecteurs (nous n'excluons pas les lectrices !),

si vous regardez votre calendrier, vous vous rendrez vite compte qu'il ne reste que des pinottes avant notre fête nationale. Malgré tout, nous sommes toujours là, brandissant nos plumes, à vous pondre des articles (ma foi géniaux!!!!!!!!!!!) pour vous satisfaire. Puisque nous sommes déjà à mi-mai, le voyage des secondaire 5 (Gettysburg, Washington et New-York!!!!!!!!!) est enfin arrivé, c'est donc avec un grand bonheur, que le comité exécutif accompagné de plusieurs journalistes en quête de sujets (plus délicieux les uns que les autres) est parti conquérir les United States of America (attention M. Bush nous arrivons pour brasser de la marde!). Le prochain numéro de notre cher Barallèle portera donc fièrement le titre de Le Barallèle à New-York. Amusez-vous bien.... (n'oubliez surtout pas de garder le sourire...)

Mathilde Addy-Laird, Valéria Petit et Vincent Ranger


Site de la semaine

Arts & Spectacles


cliquez pour rajouter http://barallele.yoll.net à vos favoris

Comment terminer son secondaire en beauté
Sarah Landry

Le thème de L’Assautsihâtive étudiée, spectacle de musique qui s’est tenu vendredi le 7 juin dernier, est assez connexe à celui que je me devais d’aborder, c’est-à-dire ce que je retiens de mon passage à Sophie. Je ne m’attarderai pas sur le contenu du spectacle qui était, somme toute, similaire aux précédents. Or, c’est à travers celui-ci que j’ai envie de vous transmettre ce qui m’a fascinée de mes cinq années à Sophie, ou plutôt ce qui me réjouit en y repensant et certainement ce que je garderai comme un précieux bagage.

Merci à nos donateurs!

Pré-Classement officiel de la Poule des Lamentables
Référez le Barallèle à un ami!
Votre nom:

Votre addresse courriel:

L'addresse courriel de votre ami:

Vos commentaires:

Voulez-vous recevoir une copie de ce message?

oui 


Dossier Absence
Valéria Petit

C'était durant un après-midi ensoleillé du mois de mai que cela commença.

Je somnolais paisiblement derrière mon sac à dos durant mon cours de math, comme le voulait la tradition, quand le rugissement de Monsieur Roumi retentissa à l'interphone.

Notre cher adjoint, voyant la fin de l'année approcher, convoquait un à un des élèves à son bureau, afin de réprimander leur retards et abscences fréquents. La plupart furent menacés de suspension.


Nouvelle Littéraire
Nouveauté Chez Colin!

Site de la semaine

Arts & Spectacles

Mise en page et graphisme par Valéria Petit
Logo "Le Barallèle" par Véronique Paquette
© 2002 Tous droits réservés.