Le show

Edith Viau

Vendredi dernier, en revenant du dernier show de l'école avec Rihab, avant d'aller à une autre fête, en marchant vers chez nous.

- Tu sais quoi? Les shows, ça finit toujours par me rendre depress, dis-je.
- Ouais, moi avec.

Silence.

- J'ai envie d'être depress là. Juste là. Même, je veux que ça paraisse dès qu'on me voit que je le suis, d'une certaine façon. j'pense que je vais me faire un mini-trip noir à soir. Pas goth, juste un peu plus noir que d'habitude. dis-je.
- Tant que ça ?
- Ouais, genre make-up, chandail et jupe. Pour voir.
- Tu vas surtout vivre en une nuit ce que je vis pendant toute ma vie, dit-elle.

Silence.

- Hon, y'a un CD par terre. dis-je.
- Y'es peté pas écoutable. c'est quoi?
- Attends. That's it.
- Hein?
- C'est ça qui est écrit d'su, That's it.
- Ouais, That's it, ça veut tout dire, dans le fond.
- That's it?
- That's it.


Comment terminer son seconaire en beauté

Sarah Landry

Le thème de L’Assautsihâtive étudiée, spectacle de musique qui s’est tenu vendredi le 7 juin dernier, est assez connexe à celui que je me devais d’aborder, c’est-à-dire ce que je retiens de mon passage à Sophie. Je ne m’attarderai pas sur le contenu du spectacle qui était, somme toute, similaire aux précédents. Or, c’est à travers celui-ci que j’ai envie de vous transmettre ce qui m’a fascinée de mes cinq années à Sophie, ou plutôt ce qui me réjouit en y repensant et certainement ce que je garderai comme un précieux bagage. Je trouve que l’événement musical est très à propos : il m’a fait revivre plusieurs épisodes des dernières années et constater en prime, grâce à certains de mes amis, combien ils avaient changé et évolué durant leur passage à l’école.

Un spectacle comme celui-ci nourrit d’énergie étudiante, celle qui pousse à la critique et à la révolte autant qu’à l’épanouissement personnel et au projet collectif. Au-delà de cette énergie, ce qui est formidable, c’est de constater la capacité qu’a l’humain de grandir, et je trouve que le dépassement artistique en est un bon exemple. Cette soirée en fut une où l’audace, la fantaisie et l’épanouissement ont dominé.

Je me permettrai ici de vous parler de ces grandes valeurs qui ont réchauffées mon cœur en vous parlant plus intimement de quatre personnages qui ont honoré cette grandeur en devenant ce qu’ils sont aujourd’hui.

Ils ont eu de l’audace. L’audace de critiquer, ironiquement, pour vous faire rire, cette école où on perd chaque jour un peu plus de notre liberté de parole. L’audace d’être là sur la scène, de chanter, de jouer, sans être parfait, mais en faisait au meilleur de leurs capacités. L’audace, parfois, de faire ce qu’on aurait jamais cru possible, ce qu’on aurait jamais pensé être capable d’accomplir.

Ils ont eu la fantaisie d’innover, d’oser faire de l’expérimental… jusqu’à jouer sur des vélos ! La fantaisie de composer, de mettre leur propre souffle dans la musique.

Et ils se sont épanouis. Peut-être pas en l’espace d’une soirée… certainement en ces quelques années. Mais ce soir là était un peu comme le dévoilement de ce qu’ils sont.

Pendant le spectacle, je pensais à Vincent (Ranger), celui dont ses amis m’ont souvent parlé comme étant le « mouton noir » derrière le représentant de niveau, celui que j’ai mis du temps à connaître autrement et qui a mis tout l’audace dans cette soirée pour montrer, avec beaucoup de plaisir, qui il était. Jusqu’à s’en raser la moustache ! Il y a aussi Olivier, DJOGG, qui a toujours été différent, mais qui assume aujourd’hui magnifiquement qui il est avec l’audace et la fantaisie qui le caractérisent. Et cette chère Gabrielle (Labelle Joly) qui a toujours eu la voix pour chanter, mais qui l’a gardée secrète jusqu’à cette année. Il reste Guillaume (Thériault), cet énigmatique être, que l’improvisation et le théâtre ont toujours fasciné. À vous quatre, vous avez coloré mon spectacle, en montrant si clairement tout ce que vous êtes devenu depuis 5 ans.

Je vous laisse donc sur ce message quelque peu personnel qui, je l’espère, vous fera réfléchir à ceux qui sont fantastiques autour de vous et surtout qui vous donnera envie de vous épanouir pleinement. Je souhaite que Sophie reste, et continue de devenir, un milieu où les jeunes pourront se réaliser et où ils pourront crier haut et fort leur jeunesse. Bonnes vacances et bonne vie à vous tous !


S.L.